Publié le 15 novembre 2019 Mis à jour le 15 novembre 2019

La fin de l’adolescence correspond à une période difficile sur le plan psychique. Une chaire couple les approches en pédopsychiatrie et psychiatrie pour adultes pour répondre aux besoins de ces jeunes adultes.

C’est au cours de la période de transition entre l’adolescence et l’âge adulte que la fragilité psychique est la plus importante: dans environ trois cas sur quatre, les premières manifestations des troubles psychiques apparaissent entre 14 et 25 ans. Cette période est marquée par de nombreux changements influencés par la génétique, l’environnement, les mutations familiales, la modification de l’autorité, l’impact des nouvelles technologies…

Portée par l’Hôpital Universitaire Des Enfants Reine Fabiola, en collaboration avec l’Hôpital Érasme, le CHU Brugmann et le Service de Santé Mentale de l'ULB, la chaire ‘Psychiatrie de transition dans un monde en transition’ poursuit un double objectif : d’une part, identifier les aspects susceptibles de contribuer à la psychopathologie à l’âge de transition, et d’autre part, proposer des pistes d’aide préventive ou des interventions spécifiques pour les jeunes et leur famille.

Dans ce cadre, des psychologues et (pédo)psychiatres rencontreront différents groupes de jeunes (entre 17 et 20 ans) demandeurs de soins psychiatriques, psychologiques, dépendant de l’aide à la jeunesse ou non, et évalueront différentes caractéristiques psychologiques, émotionnelles, sociales ainsi que leur histoire de vie. Ils suivront leur évolution durant deux ans en termes d’inclusion sociale et d’autonomie, mais aussi de recours éventuel à des soins psychiatriques.

Sur la base de ces recherches, un enseignement et des activités de partage des connaissances acquises seront développés.

 

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be