1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Une justice climatique internationale toujours embryonnaire

Publié le 15 novembre 2019 Mis à jour le 15 novembre 2019

Un article fait le point sur 25 ans de transferts financiers entre les pays développés et en développement pour aider ces derniers à s’adapter au réchauffement climatique. Le constat est clair : ces aides dépendent principalement de la volonté des pays donateurs.

Dans le cadre des négociations internationales établies autour du climat, les pays riches se sont engagés, depuis longtemps, à aider financièrement les pays les plus vulnérables aux effets néfastes du changement climatique. Un article publié par Romain WeikmansInstitut de Gestion de l'Environnement et d'Aménagement du Territoire (IGEAT), Faculté des Sciences – examine si ces moyens financiers ont été fournis, alloués et gouvernés en adéquation avec des principes de justice climatique.

L’article souligne que le soutien financier apporté aux pays vulnérables est principalement déterminé par la volonté des États donateurs.

Leurs responsabilités dans l’apparition du changement climatique ou leurs capacités financières ont, quant à elles, peu d’influence. Romain Weikmans et ses collègues y esquissent également des perspectives pour le financement international de l’adaptation, et analysent leurs implications pour la justice climatique internationale.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be