Publié le 19 février 2019 Mis à jour le 6 mars 2019

Comment la gouvernance économique mondiale peut-elle s'adapter face aux puissances émergentes ?

Ces dernières années, la Chine et les autres pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont profité de la mondialisation pour bouleverser la gouvernance économique mondiale. En devenant « les fabriques » d'un nouvel ordre industriel, ces pays se sont réapproprié une part importante de la redistribution des richesses internationales, créant ainsi instabilité et rivalités à l'échelle mondiale.

Dans le livre « Le décentrage du monde. Impact des émergents sur la gouvernance mondiale », Sophie Wintgens (CEVIPOL, Faculté de Philosophie et Sciences sociales) et Arnaud Zacharie (Centre d'étude sur la coopération internationale et le développement, Faculté de Philosophie et Sciences sociales) analysent l'impact de ces pays émergents sur la gouvernance économique mondiale.

Les chercheurs y étudient notamment les conséquences de ces changements sur différentes organisations internationales telles que l'OMC et l'Union européenne. Ils donnent aussi des pistes pour adapter la gouvernance à ce décentrage: revalorisation de la coopération internationale, ajustement de la régulation financière ou encore adaptation face aux objectifs climatiques des accords de Paris.

Cette recherche s'inscrit pleinement dans les travaux FNRS de Sophie Wintgens, qui portent sur l'influence de la Chine en Amérique centrale.  Un sujet qu’elle avait par ailleurs développé en collaboration avec Thierry Kellner (Recherche et Études en Politique Internationale, Faculté de Philosophie et Sciences sociales) dans un article publié cet automne sur The Conversation France.
Contact
Service Communication Recherche :