1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Grand angle
  4. Covid-19@ULB

Confinement et économie

Publié le 18 décembre 2020 Mis à jour le 18 décembre 2020

Le 30 octobre, la Belgique annonce un nouveau confinement. Face aux courbes épidémiologiques exponentielles et à la surcharge des hôpitaux, ce sont les « mesures de la dernière chance » annonce le Premier ministre Alexander De Croo. La vie économique est elle aussi impactée. Décryptage avec Glenn Magerman, chercheur à ECARES, Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management.

La pandémie COVID-19 touche également l’économie. Quel impact perçoit-t-on déjà sur la croissance économique et le commerce ?

Glenn Magerman : La pandémie a provoqué la plus forte baisse d’offre et de demande globales depuis la Seconde Guerre Mondiale. Aux Etats-Unis et dans les 27 pays de l’Union européenne, on observe une chute du PIB d’année en année d’environ 10% en 2020. L’Inde a connu la pire chute du PIB de son histoire : - 23%. Et même si la Chine et certains pays africains affichent une croissance positive, globalement, l’impact économique de la pandémie est très inquiétant. Les dernières données montrent une reprise significative  au  troisième  trimestre,  mais  cela n’inclut pas la forte augmentation des politiques de la soi-disant deuxième vague dans les pays de l’Union européenne. Croissance, inflation, investissement et innovation, consommation, tous ces indicateurs sont bas. L’économie  ne  reprendra  pas  ses  activités  comme d’habitude à court terme ni peut-être à long terme. Face à l’incertitude sur la durée de cette crise, on ignore encore le modèle de la récession : sera-t-il en forme de V, de W ou plutôt de L ?

Vous parlez de consommation basse ; pourtant nous avons tous en mémoire des images de caddies qui débordent lors du premier confinement.

Glenn Magerman : En effet, au début de la crise, les ménages ont consommé plus qu’à l’habitude, mais ils ont surtout réorienté leurs achats  :  ils  ont  dépensé  plus  en  nourriture 
et en santé et moins, voire rien en restaurants, vêtements, voyages, loisirs... Et globalement, la consommation diminue ; d’autant que la population est inquiète ; elle a tendance à postposer des dépenses ; et surtout, de nombreux ménages sont confrontés à la réduction de revenus ou à la perte d’emploi. La pandémie accentue les inégalités.

Lire la suite
Nathalie Gobbe