1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Magazines
  4. Esprit libre
  5. Derniers numéros

A l'ULB, l'enseignement mis à rude épreuve a su innover et s'adapter

Publié le 21 septembre 2021 Mis à jour le 22 septembre 2021

Jamais dans nos vies sans doute n’avons-nous connu un défi collectif aussi intense que celui que nous avons vécu cette année. L'ensemble du corps académique et les étudiantes et étudiants ont dû s'adapter constamment. Cet Esprit Libre réunit une série de faits qui en témoignent.

Quand l'émergency remote teaching s'est invité à l'univ'...

Il faut faire une distinction entre l’Emergency Remote Teaching (enseignement à distance en cas d’urgence - mis en place pour faire face à une situation tout à fait exceptionnelle, notion apparue en mars 2020 à la suite de la crise de la Covid) et l’enseignement à distance. Il y a en effet au moins 3 différences majeures entre l’enseignement à distance et la situation à laquelle nous avons dû faire face. Dans l’enseignement en distanciel, il y a une part importante de travail de scénarisation et de médiatisation d’un cours au préalable. Il faut compter 6 mois à 1 an pour la réalisation d’un MOOC par exemple, un temps que notre corps enseignant n’a pas eu quand est apparu le Covid, explique Eric Uyttebrouck du Centre d’appui pédagogique (CAP). Avec la crise sanitaire, nous nous sommes retrouvés toutes et tous confrontés tout d’abord à un contexte particulier et compliqué hors enseignement (problèmes de santé, financiers ou psychologiques). Enfin, chacun a plongé dans une situation d’enseignement à «distance» d’urgence qui a été imposée par la force des choses et donc subie par tout le monde, qu’il s’agisse des étudiants, des enseignants et de l’Institution. Depuis, les choses ont néanmoins évolué, en un an et demi!
 

Enseignements, apprentissages & confinement

Sous l’effet de la crise sanitaire, l’ULB a été amenée à modifier rapidement les modalités d’enseignement, et toutes et tous, côté étudiantes et étudiants ou corps professoral, ont dû adapter leurs activités à la situation de confinement. Dans ce contexte, deux questionnaires leur ont respectivement été adressés afin de produire une image des conditions d’enseignement et d’apprentissage au cours du premier confinement. L’action menée par le Service Qualité - Observatoire qualité (DTAS) avait pour objectifs d’identifier la diversité des pratiques pédagogiques, de définir les difficultés rencontrées, et d’en tirer un bilan. L’enquête a permis de souligner les points de vue et attentes de chacune et chacun. De manière générale, étudiants et enseignants sont majoritaires à avoir demandé de favoriser un maximum l’enseignement en présentiel pour maintenir avant tout le lien avec la communauté universitaire et les interactions étudiants-enseignants. Il est également ressorti que les préoccupations étudiantes tournaient autour de 3 thématiques : les activités d’étude et organisationnelles, les aspects psychosociaux ainsi que les conditions d’étude. Les difficultés rencontrées étant identifiées, l’ULB a mis en place des dispositifs complémentaires afin d’y remédier (une préparation au blocus à distance, une semaine de blocus assisté virtuel, une « équipe Teams » afin de répondre au problème d’isolement, etc.). En plus de cela, le Service social étudiants a toujours été présent pour leur proposer des solutions face à des problèmes financiers, familiaux, juridiques et/ou administratifs.
 

Une semaine de blocus assisté 

Du 19 décembre au 26 décembre 2020, étudiants et étudiantes ont pu participer à une nouvelle édition entièrement à distance du blocus assisté d’hiver organisée à l’ULB. Ce blocus a été l’occasion de fournir à celles et ceux qui étaient en demande, un appui pédagogique, méthodologique et disciplinaire afin de se préparer sereinement à la session de janvier 2021 et de se positionner par rapport à leurs apprentissages. Avec des inscriptions gratuites, un nombre de places illimité et un regroupement par faculté, le blocus encadré d’hiver a compté près de 325 inscrits. Le programme comprenait des séances méthodologiques quotidiennes pour apprendre à gérer son temps en fonction des tâches, mémoriser, se mettre au travail, etc., des outils pour gérer son stress, un suivi individualisé/coaching par l’accompagnateur aux apprentissages (à la demande et sur rendez-vous), un live study (non stop) et des accompagnements sur les matières. 
 

Prix Socrate 2021 pour des kits de labo à distance

Le premier confinement a poussé le corps enseignant à s’adapter rapidement pour pouvoir continuer les cours à distance. C’est notamment le cas de François Quitin et son équipe. Ils ont d’ailleurs remporté le prix de pédagogie Socrate 2021 pour les laboratoires organisés à distance dans le cadre des cours d’électronique. Fin mars 2020, ils envoyaient 80 kits aux étudiantes et étudiants de BA3 et MA1 afin qu’ils puissent réaliser, chez eux, un prototype de balise de détresse. Le projet du kit de laboratoire individuel avait été déposé il y a quelques années et avançait à petits pas. La question de base ayant déclenché cette idée était de savoir comment certains allaient pouvoir continuer à s’approprier la matière, à recommencer chez eux, à la maison, les manipulations s’ils ne les avaient pas complètement comprises en laboratoire. Ensuite la crise sanitaire est arrivée et a accéléré le processus. François Quitin et son équipe ont alors pris les choses en main et ont envoyé par la poste des kits individuels à leurs étudiantes et étudiants pour pouvoir recréer des laboratoires à distance. En septembre 2020, l’équipe a fait une montée en puissance en prévoyant, cette fois, 200 kits individuels pour les BA2 et BA3, financés par les Alumni de l’École.
De là s’est mise en place toute une organisation au sein de l’équipe pour orchestrer les cours à distance via Teams et se montrer présents pour tous ceux et celles qui avaient des questions.

...poursuivre la lecture du magazine Esprit libre