1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Magazines
  4. Esprit libre
  5. Derniers numéros

Face au Covid-19, la recherche s'est mobilisée à L'ULB

Publié le 21 septembre 2021 Mis à jour le 22 septembre 2021

Vaccins, Boson, robots, Prisme, cancer & thérapies, découvertes scientifiques... nombreux sont les sujets qui ont marqué l'actualité de l'ULB lors de la pandémie. Cet Esprit Libre les parcoure dans une série de brèves rétrospectives sur le thème de la recherche.

Chercheurs, chercheuses face au covid-19

Face à la pandémie, nombre de chercheurs et chercheuses se sont mobilisés. Comment? Nous avons posé la question à sept d’entre eux: épidémiologistes, juriste, immunologiste, économiste, médecin, politologue, ils et elles nous répondent en à peine 2 minutes, face caméra. Découvrez sur ULBtv les vidéos d’Yves Coppieters (École de Santé publique), Amandine Crespy (Faculté de Philosophie et Sciences sociales), Simon Dellicour (Faculté des Sciences, École interfacultaire de bioingénieurs), Elise Dermine (Faculté de Droit et de Criminologie), Mathias Dewatripont (Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management), Marius Gilbert (Faculté des Sciences, École interfacultaire de bioingénieurs) et Stanislas Goriely (Faculté des Sciences, Faculté de Médecine).
 

Eastspacy: vulgarisons la science!

Deux scientifiques, dont un chercheur de l’ULB, ont créé un compte Instagram de vulgarisation scientifique. Ça parle de tornades, de Mars, d’astéroïdes ou encore de hublots d’avions avec de belles illustrations et des textes simples. Easyspacy a été récompensé par un prix Wernaers du FNRS. Pourquoi les hublots des avions ont-ils une forme arrondie ? Peut-on dévier un astéroïde ? Comment sait-on que la Terre est ronde ? Vous vous êtes déjà posé ces questions ? Deux jeunes diplômés en aéronautique et aérospatial y répondent sur leur compte Instagram. Easyspacy, c’est le nom de ce projet de vulgarisation scientifique lancé par Léo Cotteleer, doctorant dans l’Unité de recherche aéro-thermo-mécanique (ATM) de l’École polytechnique de Bruxelles (ULB) et Sarah Joiret, diplômée en sciences spatiales à l’ULiège et qui travaille actuellement pour l’Agence spatiale européenne.
 

L’impact de la crise sur les étudiant·es? Enquête 

Comment les étudiantes et étudiants du supérieur vivent-ils la crise du Covid-19 ? L’enquête réalisée en ligne par les psychologues de l’UCLouvain, de l’ULB et de l’ULiège a rassemblé plus de 25.000 étudiants. C’est la première enquête qui rassemble une proportion aussi importante de la population étudiante (Universités, Hautes Écoles, Instituts supérieurs des Arts) en Belgique, soit plus de 10% de l’ensemble des étudiants. Les étudiants ont été interrogés sur 4 aspects : les principales difficultés rencontrées, leur santé mentale, le respect des mesures sanitaires et les perspectives d’avenir. Les résultats sont préoccupants. Les taux élevés de symptômes avérés d’anxiété (50%) et de dépression (55%) mettent clairement en évidence les difficultés psychologiques auxquelles les étudiants de l’enseignement supérieur font face. Les étudiantes et étudiants de Bac 2 et 3 présentent les niveaux les plus élevés d’anxiété et de dépression. Les résultats montrent également un sentiment d’isolement, de solitude et un manque de contacts sociaux chez les étudiants. De manière générale, ils et elles se déclarent satisfaits de leurs relations familiales, amicales et amoureuses mais manifestent une insatisfaction marquée concernant leurs relations avec les autres étudiants et avec les enseignants.
 

Le défi des vaccins

La Belgique a investi 20 millions d’euros dans des infrastructures confinées et des laboratoires pour tester des vaccins. L’ULB et l’Université d’Anvers travaillent en étroite collaboration sur ce projet unique. En 2021, une infrastructure d’utilisation confinée de 30 lits sera installée sur le Campus Drie Eiken (à Wilrijk) et un laboratoire d’immunologie de haut niveau, répondant aux exigences de sécurité les plus élevées, sera créé à Bruxelles. Le projet se déclinera sous la forme d’un partenariat public-privé: les deux universités recherchent des investisseurs privés afin d’obtenir un appui financier supplémentaire, à concurrence d’un budget total de 40 millions d’euros. « Nous avons collaboré très étroitement par le passé avec les bailleurs de fonds participant activement à la recherche sur les vaccins. Nous avons attendu la décision du gouvernement avant d’entamer des négociations avec des investisseurs privés. Les entreprises pharmaceutiques et biotechnologiques s’intéressent également à ce projet. L’idée est de leur permettre d’utiliser nos infrastructures, mais pas de les financer directement» précise Arnaud Marchant.

...poursuivre la lecture du magazine Esprit libre