Publié le 21 juin 2019 Mis à jour le 21 juin 2019

En juillet, 24 étudiants de l’École polytechnique de Bruxelles (ULB) rejoindront l’Institut de Technologie du Cambodge pour y construire des séchoirs de poivre. Leur mission : améliorer les conditions de vie des paysans cambodgiens.

Dans le cadre de leur projet d’année, les étudiants ingénieurs civils de l’École polytechnique de Bruxelles (ULB) ont conçu et réalisé des prototypes de séchoirs de poivre à énergie solaire à destination de Kep, au Cambodge. Grâce à la qualité de leur travail, 24 étudiants ont été sélectionnés pour partir en mission au Cambodge. Le 9 juillet, ils s’envoleront ainsi vers Phnom Penh, où ils travailleront pendant un mois avec les étudiants de l’Institut de Technologie du Cambodge (ITC), partenaire de longue date de l’ULB. Leur mission : perfectionner les séchoirs de poivre et les adapter aux contraintes de terrain afin de permettre aux paysans cambodgiens de tirer pleinement parti de cette ressource naturelle prisée des gastronomes.

Des étudiants en ébullition

Mais avant le grand départ, les étudiants doivent se préparer : revoir les plans de leurs séchoirs, établir un planning, se répartir les tâches, mais aussi en apprendre davantage sur le pays et la coopération au développement. « Pour certains, c’est une grande première, ils n’ont jamais voyagé en dehors de l’Europe », explique Cédric Boey, qui encadrera les équipes sur place. Du côté des étudiants, l’enthousiasme est palpable, malgré les examens en cours. « C'est une opportunité incroyable, qui n'arrive qu'une seule fois dans une vie », s’exclame Sophie Bernard, MA1 électronique. « On va pouvoir rencontrer et travailler avec des Cambodgiens, découvrir leur culture, leur façon de fonctionner... Et puis comme on se connait tous bien, je suis persuadée que ça va marcher », assure-t-elle, positive.

L’objectif de la mission sera d’offrir des conditions de séchage optimale aux coopératives et cultivateurs de poivre cambodgiens afin d’assurer la production d’un poivre de qualité. « Cette maîtrise du processus de séchage permettra aux Cambodgiens d’exporter directement leur produit, ce qui favorisera le développement économique de la région », explique Frédéric Debaste, chargé des relations avec les partenaires sur place.

Un projet d’ampleur

Le projet, mené par la Cellule de coopération au développement de l’École (Codepo) avec le soutien de Fluxys, est inédit de par son ampleur : il aura mobilisé, tout au long de l’année, 250 étudiants de première année, 30 étudiants de Master et des dizaines de professeurs, assistants et techniciens. « C’était une première pour la Cellule, mais nous sommes déjà très fiers du résultat, tant sur le plan technique – les séchoirs retenus sont très efficaces -, que sur le plan humain, car les étudiants se sont donnés à 100% », note Benoît Haut, responsable académique du projet, avant d’ajouter : « Il reste encore du travail sur place, mais nous sommes confiants ! » Bilan à leur retour, le 7 août.

Contacts 

Cédric Boey
Gestion des équipes

cboey@ulb.ac.be
0486 50 41 63
Frédéric Debaste
Coopération au développement et aspects pratiques du projet

Frederic.Debaste@ulb.ac.be
0496 31 47 05
Benoît Haut
Gestion scientifique du projet

bhaut@ulb.ac.be
0497 46 40 65

Lieu(x)
Campus du Solbosch