Publié le 16 septembre 2019 Mis à jour le 16 septembre 2019

À l’occasion de la nouvelle année académique, les autorités de l’Université libre de Bruxelles et de sa Faculté de Médecine ont tenu à faire le point sur la situation auprès du personnel et des étudiants de la filière dentisterie.

Pour rappel, en juin dernier, suite aux résultats d’une enquête menée par les représentants étudiants faisant état de pratiques de harcèlement au sein de la filière des sciences dentaires, le recteur a lancé une procédure d’enquête disciplinaire à charge et à décharge. Un enseignant et un assistant, particulièrement visés dans l’enquête, ont été suspendus à titre provisoire.

En ce qui concerne l’avancement du dossier disciplinaire, le recteur a confirmé des renvois devant la Commission de discipline. Il a également estimé que l’enquête exigeait des compléments d’information et a demandé l’ouverture d’une enquête disciplinaire, à charge et à décharge, contre quatre autres membres du personnel.

Par ailleurs, les autorités de l’Université et la doyenne de la Faculté de Médecine ont estimé qu’une réforme en profondeur de l’école dentaire devait être entreprise, afin que les structures puissent mieux prévenir tout comportement inapproprié mais aussi pour moderniser les pratiques d’enseignement. Cette réforme sera mise en route d’ici la mi-octobre, avec le concours de chargés de mission externes et internes, et l’appui des membres de la filière de dentisterie. L’ULB souligne d’ailleurs ici les efforts remarquables, le dévouement et le professionnalisme de beaucoup d’enseignants de dentisterie.

Confrontée à un problème de société qui n’épargne aucune institution, l’ULB tient à réaffirmer son engagement à lutter contre toute forme de harcèlement. Cet engagement mobilise toutes les parties prenantes de l’université, et les autorités, accompagnées de représentants étudiants, y travaillent au niveau de l’institution dans son ensemble. Des mesures complémentaires à celles déjà mises en place ces dernières années seront proposées au Conseil d’administration dans les semaines à venir.

Pour Yvon Englert : « Le travail mené depuis mai dernier a un premier objectif très affirmé de relancer la filière de sciences dentaires dans une dynamique vertueuse, au profit des étudiants et du personnel. En parallèle, nous revoyons tout notre dispositif de lutte contre le harcèlement pour en faire un outil plus efficace auquel les étudiants ne craignent plus de faire appel. J’y place personnellement toute ma détermination et mon énergie et je remercie toutes celles et tous ceux qui y travaillent d’arrache-pied à nos côtés. »