1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. @Presse
  4. Communiqués de presse
  5. Institution

Elena Milashina et Rudi Vranckx se verront remettre les Insignes de Doctorat Honoris Causa de l’ULB et de la VUB à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse

Publié le 30 avril 2019 Mis à jour le 30 avril 2019

Ce vendredi 3 mai – Journée mondiale de la liberté de la presse, l’Université libre de Bruxelles et la Vrije Universiteit Brussel, ainsi que de nombreux autres partenaires, organisent « Difference Day ». Cette journée est placée sous le signe de la liberté d’expression et de la presse. A cette occasion, deux journalistes qui risquent leur vie au quotidien pour rapporter l’information, recevront les Insignes de Doctorat Honoris Causa de l’ULB et de la VUB : la journaliste russe d’investigation Elena Milashina et le correspondant de guerre de renom Rudi Vranckx.

Ce jour-là, un Speaker’s Corner sera également tenu par des étudiants à la Galerie Ravenstein: ils exprimeront librement leur opinion sur des thèmes tels que la diversité, l’écologie, l’inégalité. Le veille de l’événement, l’ULB et la VUB décerneront le titre honorifique pour la Liberté d’expression à la journaliste mexicaine indépendante Marcela Turati qui couvre la guerre de la drogue dans son pays d’origine.

Qui contrôle la vérité ?

La liberté de la presse est de plus en plus mise à mal au niveau mondial. Un climat de haine à l’égard des médias de l’information règne dans beaucoup de pays et il y est de plus en plus dangereux d’exercer son travail de journaliste. C’est ce qui ressort du ‘Classement Mondial de la Liberté de la Presse 2019’ publié ce mois-ci par Reporters sans Frontières. De plus, la désinformation augmente de façon exponentielle, souvent sous la forme de fake news. Comment pouvons-nous encore démêler le vrai du faux et les journalistes et une presse de qualité peuvent-ils jouer un rôle à cet égard ?

Le 3 mai, les Nations Unies rappellent l’importance de la liberté de la presse et de l’expression au niveau mondial. L’ULB et la VUB s’y associent et organisent pour la cinquième année consécutive « Difference Day » ce jour-là, avec de nombreux autres partenaires, autour du thème central ‘Qui contrôle la vérité ?’. Les deux universités remettront conjointement les Insignes de Doctorat Honoris Causa à des journalistes qui risquent leur vie pour faire émerger la vérité sur des conflits et des structures politiques de pouvoir.

Doctorat Honoris Causa pour Elena Milashina

Elena Milashina est une journaliste russe d’investigation pour le journal russe indépendant Novaja Gazeta. Elle est réputée pour son sens de l’investigation et ses articles critiques sur la violation des droits de l’homme et la corruption gouvernementale. Elle a notamment réalisé un travail d’investigation sur la répression des LGTB en Tchétchénie et dans d’autres parties du Caucase du Nord (en Russie).

Après l’assassinat de sa collègue Anna Politkovskaja en 2006, Elena Milashina poursuit son travail en dénonçant les disparitions forcées, les arrestations arbitraires, les exécutions extrajudiciaires, les actes de torture et les poursuites à l'encontre des proches d'insurgés présumés.

Parallèlement à cela, elle collabore étroitement avec les chercheurs de Human Rights Watch pour faire la lumière sur les atrocités commises lors du conflit entre la Russie et la Géorgie en Ossétie du Sud. C’est ainsi qu’elle a mené des interviews, en collaboration avec Human Rights Watch, de victimes de violation des droits humains en Ossétie du Sud, en Tchétchénie et au Daghestan.

En octobre 2009, elle se voit décerner le prix Alison des Forges par Human Rights Watch pour récompenser son courage. En 2013, elle reçoit également le Prix international de la femme de courage (en anglais International Women of Courage Award).

Doctorat Honoris Causa pour Rudi Vranckx

Rudi Vranckx est un des journalistes belges les plus réputés. Il doit son renom à sa façon unique de couvrir les conflits internationaux. A travers ses reportages, il cherche à atteindre une plus-value journalistique en éclairant l’aspect humain de la guerre. Ce qui intéresse Rudi Vranckx, ce ne sont pas les images spectaculaires des conflits mais c’est essayer de comprendre ce qui pousse les gens à la guerre. Rudi Vranckx est mieux placé que quiconque pour réaliser les risques liés au populisme et à la propagande dans un conflit armé. A chaque conflit qu’il couvre, il doit faire face à l’éternel combat entre vérité et désinformation. Les informations sont souvent biaisées lors d’une guerre. C’est au journaliste de rester suffisamment critique.

Titre honorifique pour la Liberté d’expression Marcela Turati

Ce jeudi soir, le 2 mai, l’ULB et la VUB décerneront le titre honorifique pour la Liberté d’expression à Marcela Turati, une journaliste mexicaine indépendante qui couvre la violation des droits humains et les conséquences de la guerre de la drogue mexicaine. Elle écrit entre autres pour Proceso Magazine, un magazine d’actualités mexicain, et Nieman Reports, un journal trimestriel sur le journalisme de la Fondation Nieman de l’Université Harvard.

Marcela Turati défend également les intérêts des journalistes mexicains. En 2007, elle crée ‘Periodistas de a pie’ (PdP), une organisation mexicaine de journalistes qui offre des formations et des opportunités de réseautage et favorise la création de produits journalistiques de haute qualité.

Elle a remporté différents prix internationaux, parmi lesquels : le prix Gabriel García Márquez de la Fondation du Nouveau Journalisme Ibéro-américain (FNPI), WOLA Human Rights Award, LASA Media Award et l’Award for Conscience and Integrity in Journalism de la Fondation Nieman de l’Université Harvard.

Speaker’s corner sur la diversité, l’écologie et l’inégalité

Après Londres et d’autres métropoles, Bruxelles dispose dorénavant aussi d’un Speaker’s Corner pour une journée. Des étudiants de la VUB, de l’ULB, de l’Erasmus Hogeschool Brussel (EHB) et de l’IHECS qui s’inquiètent pour le futur de notre société y prennent part et ont l’opportunité de d’exprimer leurs opinions devant un auditoire. Les organisateurs veulent par la même stimuler l’expression libre et ouverte de leurs visions. Il y a peu d’endroits où les gens peuvent être entendus.

Regardez la vidéos de l'année passée:

Lieu(x)
Bruxelles