1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. @Presse
  4. Communiqués de presse
  5. Recherche

Enquête HBSC : les adolescents belges francophones font-ils mieux que leurs voisins européens en matière de comportements de santé ?

Publié le 18 mai 2020 Mis à jour le 19 mai 2020

L’enquête HBSC, réalisée dans près de 50 pays d’Europe principalement, fournit tous les quatre ans, une photographie unique des comportements de santé des adolescents. L’édition 2018 de cette enquête, dont les résultats sont diffusés aujourd’hui, souligne les fortes disparités de ces comportements entre les pays. Où les adolescents de Belgique francophone se situent-ils ? S’ils tirent leur épingle du jeu pour la consommation de fruits et légumes et un moindre risque de blessures, leur consommation élevée de boissons sucrées ou le stress qu’ils ressentent vis-à-vis de l’école doivent interpeller les acteurs de la santé.

Les résultats complets de l’enquête internationale Health Behavior in School-aged Children (HBSC) 2018 sont publiés ce mardi 19 mai. Cette enquête a lieu tous les quatre ans dans près de 50 pays sous le patronage du Bureau Régional de l’Organisation Mondiale de la Santé pour l’Europe. Son objectif est de décrire les comportements de santé, l’état de santé et le bien-être des adolescents âgés de 11, 13 et 15 ans, ainsi que l’évolution de ces indicateurs au cours du temps.

Le Service d’Information, Promotion, Éducation Santé (Sipes) de l’École de Santé publique, Université libre de Bruxelles (ULB) a coordonné le versant belge francophone de cette enquête. En 2018, plus de 14 000 élèves scolarisés de la 5e primaire à la fin du secondaire en Wallonie et à Bruxelles, y ont participé. Pour accompagner la diffusion du rapport international, le Sipes a comparé les résultats obtenus en Belgique francophone à ceux de la Flandre et des pays voisins, tels que la France, le Luxembourg, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Suisse ou l’Autriche.

Ces comparaisons soulignent une situation contrastée avec d’une part, des constats positifs, des indicateurs pour lesquels les adolescents des écoles belges francophones se trouvent dans « la moyenne » et enfin, des résultats plutôt défavorables.

Indicateurs pour lesquels les adolescents des écoles belges francophones se trouvent parmi les « bons élèves » :

  • Consommation quotidienne de fruits : la proportion d’adolescents qui consomment des fruits quotidiennement est plus élevée en Belgique francophone (42% à 57%) qu’en Flandre et dans les autres pays. Les Pays-Bas comptent les proportions les plus faibles (27% à 43%).
  • Consommation quotidienne de légumes : en Belgique francophone en 2018, 55% des garçons et 61% des filles âgé·e·s de 11, 13 et 15 ans consommaient des légumes chaque jour. Ces proportions, semblables à celles relevées en Flandre (57% et 66%, respectivement), sont plus élevées que dans les pays voisins. A titre d’exemple, en Allemagne, seuls 23% des garçons et 32% des filles consommaient des légumes chaque jour. 
  • Pratique d’une activité physique modérée d’une heure par jour : la proportion d’élèves faisant une heure d’activité physique modérée chaque jour en Belgique francophone est parmi les plus élevées. Néanmoins, ces proportions restent faibles globalement dans tous ces pays (<25%).
  • Blessures : un garçon âgé de 15 ans sur trois a indiqué avoir eu au moins une blessure au cours des 12 mois précédant l’enquête. Cette proportion est plus faible en Belgique francophone que dans les autres pays (de 43% aux Pays-Bas à 59% en Suisse) et en Flandre (47%).

Indicateurs pour lesquels les adolescents des écoles belges francophones se trouvent parmi les « moins bons élèves » :

  • Consommation quotidienne de boissons sucrées : en 2018, en Belgique francophone, un élève sur trois consommait quotidiennement des boissons sucrées. Cette proportion est la plus élevée, en comparaison des pays voisins (de 18% aux Pays-Bas à 24% en France) et la Flandre (de 18% à 28% selon l’âge).
  • Stress lié au travail scolaire : 60% des filles âgées de 15 ans rapportaient être « assez » ou « beaucoup » stressées par le travail scolaire ; cette proportion est plus élevée qu’en Flandre (38%) et que dans les pays voisins (31% à 54%).
  • Bagarres : avec un élève âgé de 11 ans sur cinq concerné, les écoles de Belgique francophone comptaient une proportion d’élèves ayant déclaré s’être battus trois fois ou plus au cours des douze derniers mois, plus élevée que dans les pays voisins (de 8% en Allemagne à 17% en France) et en Flandre (13%).

Indicateurs pour lesquels les adolescents des écoles belges francophones se trouvent dans la moyenne :

  • Santé perçue : la proportion d’élèves percevant leur santé comme « excellente » est comparable en Belgique francophone à celle des autres pays ; cela concerne de 22% à 41% des adolescents selon l’âge et le genre.
  • Satisfaction vis-à-vis de l’école : comme dans les pays voisins, seul un quart des élèves scolarisés en Belgique francophone affirmait « aimer beaucoup » l’école en 2018.
  • Surpoids et obésité : la Belgique francophone compte une proportion d’adolescents en surpoids ou obèses comparable à celle de la Flandre et des autres pays. Ces proportions restent tout de même, inquiétantes autour de 20%. 
  • Consommation d’alcool : un adolescent sur deux âgé de 15 ans a déclaré avoir consommé de l’alcool au cours du mois précédent l’enquête. Cette proportion est similaire à celle des pays voisins.

Les résultats de l’enquête HBSC 2018 réalisée dans les écoles belges francophones sont disponibles sur le site web du Sipes.

 

Contact scientifique

Service d'Information, Promotion, Education Santé - Sipes
Ecole de Santé publique, ULB
E-mail : sipes@ulb.ac.be

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be