1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. @Presse
  4. Communiqués de presse
  5. Recherche

Les chercheurs bruxellois tentent d’extraire l'or et l'argent des égouts de Bruxelles

Publié le 22 octobre 2019 Mis à jour le 24 octobre 2019

Le projet SUBLIMUS, financé par Innoviris, veut développer un procédé économique et écologique pour la récupération des métaux nobles contenus dans les boues résiduaires des stations d'épuration de la Région de Bruxelles-Capitale.

La majeure partie des boues résiduaires des stations d’épuration est actuellement incinérée et mise en décharge. Elles contiennent pourtant des métaux nobles comme l’or, l’argent et le platine.

On estime que les sources traditionnelles de métaux comme le platine, le plomb, l'étain, le zinc, l'or et l'argent, seront épuisées dans environ 20 ans. La réutilisation des métaux deviendra donc de plus en plus importante, ainsi que l’identification de nouvelles sources.

C’est dans ce contexte que se place le projet de recherche SUBLIMUS, soutenu par INNOVIRIS. Ce projet repose sur les expertises complémentaires de trois laboratoires bruxellois : le laboratoire Engineering of Molecular NanoSystems (EMNS) de l’Ecole Polytechnique de Bruxelles de l’ULB, le laboratoire Analytical, Environmental and Geo-Chemistry (AMGC) de la VUB ainsi que l’Unité de Biotechnologie de l’Institut de Recherche LABIRIS (Campus CERIA, Anderlecht). Il a pour but de développer un procédé économique et écologique pour la récupération de ces métaux nobles dans les boues résiduaires des stations d'épuration de la Région de Bruxelles-Capitale. "Dans un monde où les matières premières primaires deviennent de plus en plus rares, il est crucial d'évaluer le potentiel de recyclage des flux de déchets inutilisés existants, tels que les boues des stations d'épuration", explique la coordinatrice du projet, Natacha Brion (VUB).

Sources diverses

Les métaux précieux (or, l'argent mais aussi le platine) finissent avec les autres métaux lourds (cuivre, zinc, plomb...) dans les eaux usées pour toutes sortes de raisons : érosion des bijoux (or et argent), utilisation dans des médicaments (or) ou comme agents antibactériens (argent), rejet des catalyseurs des moteurs diesel (platine), etc. Ces métaux sont contenus dans les boues des stations d'épuration (STEP) après le traitement des eaux usées.

Les boues ont traditionnellement été utilisées comme engrais dans l'agriculture. En raison des concentrations élevées de métaux lourds, cette pratique est désormais interdite en Flandres ainsi que dans de nombreux pays européens. Ces boues doivent dès lors être éliminées par incinération, avec les coûts et les risques environnementaux qui y sont associés. L'extraction et le recyclage des métaux n'est donc pas seulement un moyen de pallier la rareté des métaux, ils permettent également de transformer un déchet problématique en une source de matières premières à part entière.

Trois étapes

Le projet SUBLIMUS se déroulera en trois étapes. Dans un premier temps, la quantité de métaux précieux et de métaux lourds présents dans les boues est évaluée : les chercheurs de la VUB effectuent des mesures dans des échantillons de boues provenant des deux stations d'épuration de Bruxelles.

Dans un second temps, les chercheurs de LABIRIS étudieront comment certains métaux peuvent être extraits sélectivement des boues d'une manière respectueuse de l'environnement en utilisant des bactéries - c'est ce qu'on appelle la bio-lixiviation. Cette étape permettra la pré-concentration des métaux nobles.

Enfin, dans la troisième phase, les chercheurs du EMNS (ULB) et de l’AMGC (VUB) étudieront comment, de manière la moins dommageable pour l’environnement, ils pourront extraire et purifier les métaux précieux de leur matrice inorganique résiduelle.

"À titre d'exemple, on peut citer le développement de nanoparticules magnétiques couvertes d’une couche organique capable de lier l'or : après adsorption du métal, ces particules peuvent être séparées du mélange à l’aide d’un aimant",

explique Gilles Bruylants, chercheur du EMNS et responsable ULB du projet. Le programme de recherche SUBLIMUS a débuté en mars 2019 et se poursuivra jusqu'à fin février 2022.

Contact

Prof. Gilles Bruylants, Ecole Polytechnique de Bruxelles, ULB

Laboratoire Engineering of Molecular NanoSystems
Gilles.Bruylants@ulb.ac.be
T : 02.650.35.86 – 02.650.20.48
emns.ulb.be

Contact
Service Communication Recherche : 02 650 92 03; com.recherche@ulb.ac.be