1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. @Presse
  4. Communiqués de presse
  5. Recherche

Parution de l’ouvrage "The refugee reception crisis in Europe. Polarized opinions and mobilizations"

Publié le 21 octobre 2019 Mis à jour le 21 octobre 2019

Réunis au sein d’un projet de la Politique scientifique belge (Belspo), des chercheurs de l’ULB, de l’ULiège et de la KU Leuven ont étudié les attitudes, discours et mobilisations de la population envers les réfugiés, dans six pays européens, entre 2017 et 2019. Les résultats de leur recherche sont présentés dans l’ouvrage "The refugee reception crisis in Europe. Polarized opinions and mobilizations" édité par Rea, Martiniello, Mazzola et Meuleman.

L’ouvrage The refugee reception crisis in Europe. Polarized opinions and mobilizations édité par Andrea Rea (GERME, Faculté de Philosophie et Sciences sociales, ULB), Martiniello (ULiège), Mazzola (ULiège & ULB) et Meuleman (KU Leuven), présente les résultats d’une recherche collective internationale qui analyse les attitudes, les discours et les mobilisations de la population envers les réfugiés entre 2017 et 2019. La recherche couvre six pays européens (Belgique, Allemagne, Suède, Italie, Grèce et Hongrie). Cet ouvrage est issu de la recherche Public opinion, mobilizations and policies concerning asylum seekers and refugees in anti-immigrant times (Europe and Belgium) financée par Belspo dans le cadre de son programme de recherche BRAIN-be.

Le livre envisage trois objets d’étude. D’abord, il examine l'opinion publique à l'égard des demandeurs d'asile et des réfugiés dans une perspective transnationale européenne. Ensuite, il entend expliquer la polarisation de l’opinion publique, en se concentrant sur les mobilisations en faveur et contre les migrants, et en enquêtant sur les pratiques d’hospitalité et d’hostilité dans les communautés locales. Enfin, le troisième objectif est de comprendre les points de vue des demandeurs d’asile et des réfugiés relatifs à l’accueil qu’ils reçoivent. Cette dernière interrogation concerne spécifiquement le cas belge.

Opinions publiques contrastées au sein de l’Europe

Depuis 2015, la polarisation des opinions publiques au sujet de l’immigration et de l'asile se consolide renforçant la dichotomisation des positions : pour ou contre. L’analyse sur une longue période laisse toutefois apparaître une relative stabilité des opinions publiques. Par ailleurs, les opinions au sein même de l’Europe sont contrastées. Ainsi, les pays qui souhaitent voir les taux d’immigration diminuer sont ceux du sud de l’Europe et de l’Europe orientale : les premiers parce qu’ils sont le plus directement confrontés aux arrivées de nouveaux demandeurs d’asile et migrants ; les seconds parce qu’ils n’ont jamais été, historiquement, confrontés à l'immigration internationale. Si les facteurs individuels (des niveaux d’éducation les moins élevés, les revenus les plus faibles et les taux de chômage les plus élevés) constituent une composante de la constitution des opinions négatives envers les réfugiés et les migrants, les analyses des opinions publiques suggèrent aussi que les discours portés par les partis politiques, notamment ceux d’extrême droite là où ils existent, contribuent à forger un cadre de pensée alimentant l’hostilité envers les réfugiés et les migrants.

Hospitalité, empathie

Si les mobilisations collectives d’hostilité ont été peu fréquentes en Europe, celles portées par l’hospitalité et la solidarité ont été plus nombreuses. Dès l’été 2015, la mobilisation de citoyens ordinaires est importante et neuve au regard des actions collectives menées par des activistes traditionnels défendant les droits des migrants. Les ressorts moraux et émotionnels expliquent la mobilisation humanitaire de la part de citoyens ordinaires. La notion d’hospitalité est au cœur de l’action des acteurs non institués de la société civile. Le terme d’hospitalité s’est d’abord imposé parce que les activités auxquelles il fait référence concernent les besoins immédiats des demandeurs d’asile et parce qu’un des ressorts de l’action est l’empathie. Les citoyens ordinaires ne se mobilisent pas au départ pour défendre des revendications politiques d’octroi de droits aux migrants. Toutefois, la rencontre avec les demandeurs d’asile, l’organisation du mouvement et la réaction politique contribuent aussi à la politisation de citoyens investis dans les activités d’hospitalité. Leurs actions relèvent ainsi d’un humanitarisme subversif en ce qu’il s’oppose à l’inaction organisée des autorités politiques.

La crise de l’accueil de 2015 a conduit à l’émergence de nouvelles organisations de la société civile. Welcome Refugees est une organisation transnationale qui a vu le jour dans de nombreux pays européens ayant pour but premier le soutien humanitaire. Toutefois, les mobilisations se sont constituées aussi au départ d’organisations existantes, comme en Suède et en Italie. En Allemagne et en Belgique, le soutien aux demandeurs d’asile provient d’organisations qui n’étaient pas précédemment engagées dans le domaine de l’immigration.

De l’humanitaire à la politisation

Les motivations de la mobilisation, soit très politiques, soit très humanitaires, peuvent aussi converger. Si de nombreux bénévoles des nouvelles organisations se mobilisent pour des raisons prioritairement humanitaires (fournir un logement, distribuer de la nourriture, offrir des vêtements, etc.), l’absence de réaction ordonnée et efficace de la part des institutions européennes et des États membres les conduit à une politisation de leur action. En Belgique, les engagements spontanés du début ont pris une tournure plus politique, celle d’une « solidarité politique ». Face à la politisation des organisations de la société civile hongroise contre l’action du gouvernement, ce dernier a imposé des sanctions aux organisations non gouvernementales venant en aide aux demandeurs d’asile.

Le livre

Ces différentes observations sont développées en sept chapitres dans le livre The refugee reception crisis in Europe. Polarized opinions and mobilizations édité par Rea, Martiniello, Mazzola et Meuleman.
256 pages – 23 euros (print).
ISBN : 978-2-8004-1693-9.
Disponible en open access sur https://www.oapen.org/search?identifier=1005529

Le livre sort à l’occasion de la Conférence internationale « Public opinion and forms of mobilization concerning asylum seekers and refugees in anti-immigrant times. Global challenges and local solutions » - 24 et 25 octobre, Bruxelles [Infos].
 

Contacts

Andrea Rea, Université libre de Bruxelles, andrea.rea@ulb.ac.be
Alessandro Mazzola, Université de Liège et Université libre de Bruxelles, alessandro.mazzola@ulb.ac.be
Marco Martiniello, Université de Liège, m.martiniello@uliege.be
Bart Meuleman, KU Leuven, bart.meuleman@kuleuven.be

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be