Publié le 11 avril 2019 Mis à jour le 11 avril 2019

Union Européenne, NAFTA, CETA, JEFTA... Paola Conconi a obtenu un "ERC Advanced Grant" pour étudier la manière dont les traités commerciaux internationaux et les entreprises s’influencent mutuellement.

Chercheuse au centre de recherche ECARES, intégré au sein de la Solvay Brussels School of Economics and Management, Paola Conconi vient d’obtenir un Advanced Grant du Conseil Européen de la Recherche (ERC).

Son projet de recherche TRASC (TRade Agreements and Supply Chains) se penche sur l’impact des traités commerciaux internationaux sur le processus de production et les décisions des entreprises, et sur la manière dont celles-ci influencent également la définition et la ratification des accords.

Plus de 300 traités... à l’impact peu étudié !

Portrait de Paola ConconiUnion Européenne, NAFTA, CETA, JEFTA... On compte aujourd’hui plus de 300 traités commerciaux internationaux, à la complexité croissante. « Les effets de ces traités sur les entreprises restent peu connus et peu étudiés, explique Paola Conconi (photo ci-contre). Ils ont pourtant un impact fondamental sur les chaines de production, en influençant les investissements des entreprises et leur approvisionnement. De plus, les entreprises peuvent aussi jouer sur les accords commerciaux, en influençant leur contenu et la probabilité de leur ratification. Mon projet de recherche vise à analyser cette relation à double sens. »

Au cœur de l’actualité, la question du Brexit est un exemple des effets que les traités commerciaux peuvent avoir : « La forme des futures relations commerciales entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne (accord de libre-échange, union douanière, « no deal ») aura un impact direct sur plusieurs multinationales implantées au Royaume-Uni, qui évaluent actuellement comment adapter leur mode de fonctionnement, leurs liens avec les sous-traitants et fournisseurs, voire leur localisation post-Brexit ». 

Un projet à la frontière

Le projet de Paola Conconi comprend 5 axes, dont 3 se focalisent sur l’impact des traités commerciaux (l’accord nord-américain de libre échange NAFTA, l’élargissement de l’Union européenne, et un possible accord EU-UK post BREXIT) sur les chaines de production. Les 2 autres se penchent sur l’influence des entreprises sur les traités eux-mêmes (en particulier ceux négociés par l’Union Européenne et par les États Unis), au travers du lobbying et de l’influence sur les votes des parlementaires.

Outre la récolte de nouvelles données et le développement de nouveaux modèles théoriques, le projet vise à définir une nouvelle méthode d’analyse de cette problématique : le financement ERC – d’un peu plus d’1.8 millions € – servira notamment à engager plusieurs chercheurs, dont des experts en droit commercial international, qui pourront "traduire" en données factuelles les détails juridiques des traités.

Ce projet est donc situé à la frontière de différentes disciplines de l’économie – le commerce international, l’organisation d'entreprise et l’économie politique –, trois domaines d’expertise de Paola Conconi. Il est aussi en lien avec la formation de la chercheuse, qui a étudié les sciences politiques et relations internationales, avant de poursuivre avec un master et un doctorat en l’économie.
----

Logo ERCLogo UEThis project has received funding from the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme grant agreement No 834253

Contact
Service Communication Recherche :