Publié le 9 septembre 2019 Mis à jour le 11 septembre 2019

"On définit souvent la guerre comme "l’absence de paix". Mais dans un monde où la notion de guerre est évolutive, la paix l’est tout autant". Pour la journée de la paix ce 21 septembre, Christian Olsson - REPI, Faculté de Philosophie et Sciences sociales- revient sur cette notion de paix.

Christian Olsson

"Lors des interventions en Afghanistan et en Irak, on parlait de gagner la paix et non la guerre. "

Christian Olsson: "Ce phénomène est lié à un certain nombre d’évolutions qui se produisent depuis la 2e guerre Mondiale. On ne déclare plus la guerre, car cela implique des soupçons d’agression aux yeux du droit international; on préfère parler de recours à la force. Aussi la notion de paix ne se définit plus uniquement par l’absence de guerre mais également par la présence d’autres notions : l’harmonie sociale, la non-exclusion des minorités, etc."

Contact: E-mail: christian.olsson@ulb.ac.be Tel: 02 650 44 83

Plus d'experts sur paix & guerre:

Légitimation de la violence militaire

Christophe Wasinski (Recherche et Études en Politique Internationale (REPI), Faculté de Philosophie et Sciences sociales) 
E-mail: christophe.wasinski@ulb.ac.be Tel: 02 650 44 68

Guerre froide

Stéphanie Gonçalves (Mondes Modernes et Contemporains (MMC), Faculté de Philosophie et Sciences sociales)
E-mail: stephanie.goncalves.de.aranjo.passos@ulb.ac.be

Séquelles psychologiques de la guerre

Olivier Luminet (Unité de Psychologie sociale et interculturelle, Faculté des Sciences psychologiques et de l'Education)
E-mail: olivier.luminet@ulb.ac.be

Conflits mondiaux et crimes de guerre

Pieter Lagrou (Mondes Modernes et Contemporains, Faculté de Philosophie et Sciences sociales) 
E-mail: pieter.lagrou@ulb.ac.be Tel: 02 650 38 06

Contact
Service Communication Recherche :