Publié le 25 octobre 2019 Mis à jour le 4 novembre 2019

Les chercheurs de l'ULB participent au projet SUBLIMUS, dont le but est de développer un procédé pour récupérer des métaux nobles contenus dans les boues résiduaires des stations d'épuration bruxelloises

"Le projet vise également à extraire de l'argent et du platine des stations d'épuration bruxelloises. Estimation des quantités présentes dans les boues : 10 kilos d'or, 100 kilos d'argent..." explique La Libre. 

"A côté des métaux lourds (plomb, zinc, cuivre), les métaux précieux (or, argent, platine) finissent eux aussi très souvent dans les eaux usées. Ils proviennent de l’érosion de bijoux, de l’utilisation dans des médicaments ou dans des agents antibactériens ou encore des pots catalytiques. Alors avec leur nouveau projet intitulé Sublimus, ces scientifiques se présentent un peu comme "les alchimistes des égouts. On va transformer la boue de stations d’épuration en métaux valorisable. C’est notre objectif" explique Gilles Bruylants, ingénieur chimiste, professeur à l’école polytechnique de l’ULB" écrit la RTBF.

"Les métaux précieux (or, argent et platine) finissent avec les autres métaux lourds (cuivre, zinc, plomb…) dans les eaux usées pour toutes sortes de raisons: érosion des bijoux (or et argent), utilisation dans des médicaments (or) ou comme agents antibactériens (argent), rejet des catalyseurs des moteurs diesel (platine), etc." explique Métro.