1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Institution et Engagements

Paroles menacées: solidarité avec les chercheurs et chercheuses en danger

Publié le 12 décembre 2022 Mis à jour le 27 janvier 2023

L'engagement de l'Université pour les libertés académiques l'a conduite à placer l’année 2023 sous le signe de la défense et de la solidarité à l’égard des chercheurs et chercheuses en danger, en collaboration avec la Maison des Sciences humaines de l'ULB.

L’ULB a décidé de montrer son engagement pour sensibiliser à la cause de l’exil scientifique et de la liberté académique à travers une série d’événements qui se tiendront dès février 2023, sous le label «Paroles menacées: chercheurs et chercheuses en danger». Le thème de la liberté académique sera ainsi mis en relation avec les libertés de création artistique, journalistique et intellectuelle.
 

Deux objectifs soutiennent ces actions :

  1. Favoriser l’accueil des chercheurs et chercheuses en danger et la collaboration internationale avec eux, en les incluant activement dans la production scientifique et en leur ouvrant des espaces pour parler de leur trajectoire.
  2. Créer une communauté scientifique universelle et solidaire, et des espaces de réflexion collective sur les contraintes à la production de la connaissance, sur le métier de la recherche et sur le patrimoine scientifique de l’exil.

Au cours des dernières années, l’ULB s’est efforcée de mettre en place des actions de soutien aux universitaires à travers le monde qui sont menacés en raison de leur recherche scientifique. En effet, au gré de l’actualité géopolitique en Syrie, en Turquie, en Afghanistan, au Brésil, en Ukraine, en Russie, en Chine, en Pologne et dans bien d’autres pays du monde, les demandes de soutien émanant de chercheurs et de chercheuses ont dramatiquement augmenté. Depuis 2016, l’ULB s’est régulièrement positionnée publiquement en faveur de la liberté académique à travers des motions et des communiqués de presse, et a mis en place un fonds de solidarité destiné à recevoir et aider des universitaires à risque dans leur pays d’origine.
 

Événements 

9 février 2023, 19h : Conférence : Reframing the Armenian-Azerbaijani Past : What can scholars do?

Conférence : Reframing the Armenian-Azerbaijani Past : What can scholars do?
Campus du Solbosch, bâtiment S, salle Somville

Infos et inscription

Avec Vicken Cheterian (Université de Genève), Altay Göyüshov (Baku Research Institute), Fatma Müge Göçek (University of Michigan) et Laurence Broers, (Chatham House). Modération par Aude Merlin, chercheuse au CEVIPOL (Faculté de Philosophie et Sciences sociales).

16 février 2023, 18h30 : Vernissage de l’exposition Poser pour la liberté

Conférence et vernissage de l’exposition Poser pour la liberté
Campus du Solbosch, bâtiment K, auditoire La Fontaine

Née du dialogue entre le photographe Pierre-Jérôme Adjedj et la chercheuse Pascale Laborier (Université de Nanterre, curatrice), l’exposition retrace, à travers des témoignages et des récits photographiques, les parcours de scientifiques exilés, la façon dont l’exil a impacté leurs recherches mais aussi leurs histoires individuelles. Lors de l’inauguration de l’exposition le 16 février 2023 seront présentés des travaux de cartographies virtuelles qui mettront en valeur le parcours de chercheurs en exil accueillis à l’ULB au cours du siècle passé.

Inscription

Du 17 février au 16 mars 2023 : Exposition Poser pour la liberté

Exposition Poser pour la liberté.
Campus du Solbosch, hall du Bâtiment K

L’exposition Poser pour la Liberté / Standing for Freedom est le résultat du projet photographique RESTRICA (Regards sur les exils scientifiques contraints d’hier et d’aujourd’hui), initié en 2018 par l’universitaire Pascale Laborier avec Pierre-Jérôme Adjedj, photographe français installé à Berlin. En trois ans, 51 portraits de chercheurs et scientifiques en exil, mais aussi d’accueillants ont été réalisés. 15 d’entre eux figurent dans l’exposition, dont le parcours est scandé en quatre thèmes autour de l’exil. Un catalogue a été réalisé avec la revue Hommes & Migrations, comportant la majorité des portraits et de nombreux textes. Après la création à la Cité du Design de Saint-Étienne entre janvier et mars 2021, l’exposition a été accueillie sur les sites universitaires de la Humboldt Berlin, la Viadrina à Francfort sur l’Oder,  Dresde, Bordeaux, Aix La Chapelle, Strasbourg. Elle poursuit sa tournée en France, en Allemagne et en Belgique, en 2022 et 2023 (plus d’informations sur le site www.poserpourlaliberte.fr).

Poser pour la Liberté

Poser pour la Liberté

7 mars 2023, 18h : Conférence du professeur Teoman Pamukçu

Conférence du professeur Teoman Pamukçu sur "L’évolution de l’autonomie des universités dans un pays candidat à l’adhésion à l’Union européenne: le cas de Turquie à la lumière des Académiques pour la Paix".
Campus du Solbosch, bâtiment S, salle Baugniet

L’émergence de régimes politiques populistes dans un nombre croissant de pays a exercé des effets délétères sur le fonctionnement de leurs systèmes universitaires.

Ces régimes ont réduit l’autonomie de leurs institutions universitaires dans divers domaines et entravé l’exercice de la liberté académique. Ce processus a des implications majeures tant sur le mode de production de nouvelles connaissances que sur les acteurs prenant part à ce processus, à savoir les académiques. Dans ce contexte international, nous examinerons les développements récents qui ont marqué le système universitaire turc depuis 2016, l’année où une tentative de coup d’Etat militaire a eu lieu et échoué.

Six ans après la signature de la pétition pour la paix, réflexions sur la situation actuelle des universitaires turcs par le Teoman Pamukçu, docteur à l'ULB, professeur à la Middle East Technical University et signataire de la pétition. En partenariat avec l’Institut belge des hautes études (IHEB) et Amnesty International, modération par Jenny Vanderlinden. 

Plus d'info

7 mars

9 mars 2023, 19h : Projection du documentaire Living in truth et débat

Projection du documentaire Living in truth d’Eylem Sen, suivie d’un débat avec la réalisatrice, Teoman Pamukçu et Aude Merlin
Kinograph (Flagey)

Basé sur les récits d’«académiciens pour la paix», signataires de la pétition «Nous ne serons pas complices de ce crime», ce documentaire relate les nombreuses épreuves auxquelles chercheurs et chercheuses ont dû faire face en Turquie et à l’international qui ont renforcé leur solidarité dans la lutte pour la vérité et la paix. Eylem Şen est une réalisatrice indépendante et une activiste des droits humains, qui lutte et filme pour l’égalité et la liberté. 

En partenariat avec Amnesty International et En-gaje.

Livins in truth

18 mars 2023 : Performance « Mots en exil »

Performance « Mots en exil » dans le cadre du Festival MAD
Théâtre national Wallonie Bruxelles. Infos : Les MAD | Théâtre National

Parce qu'il tient à cœur aux chercheurs et chercheuses de l’ULB d’explorer, à travers la thématique de l’exil scientifique, les interactions entre sciences, arts et sociétés, en termes d’innovation, d’expérimentation et de création, découvrez ce 18 mars des performances théâtrales autour de textes écrits par des chercheurs et journalistes exilés (poèmes, lettres, témoignages…).

Un corpus créé et travaillé par des professeurs du Conservatoire et de l'ULB avec les étudiants du MA d’art dramatique (Conservatoire) et d'art du spectacle vivant (ULB), en collaboration avec le Théâtre national Wallonie Bruxelles, le Conservatoire royal, les associations En-Gaje et Dramacité, et le média Latitudes dans le cadre du festival MAD («Mots A Défendre»), qui offre un espace artistique de réflexion sur les libertés de création, y compris la liberté de création scientifique. 

TNWB ©DramaCité

TNWB ©DramaCité

19 avril 2023, 18h : Table-ronde : « L’investissement réactionnaire des savoirs: une menace pour la liberté académique? » 
Table-ronde « L’investissement réactionnaire des savoirs: une menace pour la liberté académique? »
Campus du Solbosch, lieu à confirmer

Avec Eric Fassin (Université Paris 8), Eve Gianoncelli (Loughborough University), Simon Massei (Université Paris-Est Créteil) et Michelle Zancarini-Fournel (Université Claude Bernard-Lyon 1).


Evénement organisé par Striges, où se posera la question de la nature politique des savoirs et s’intéressera à la manière dont divers acteurs réactionnaires tentent aujourd’hui de s’emparer de ceux-ci dans le cadre de la poursuite de projets politiques.

Souvent, la notion de liberté académique vise à protéger la liberté et l’autonomie des chercheur·ses face à l’action de l’État et d’autres acteurs institutionnels considérés comme particulièrement puissants, comme les Églises ou les multinationales. Indissociablement liée à l’exercice des libertés démocratiques, elle sert à la fois d’indice de qualité de la démocratie et de rempart contre la montée des autoritarismes et des fondamentalismes. Toutefois, elle procède souvent d’un réflexe défensif qui sert à dénoncer et se défendre contre des attaques. Elle tend à mettre l’accent sur ce qui est menacé, en train d’être détruit ou démantelé, oubliant que les attaques contre la liberté académique procèdent aussi de l’engagement positif d’un certain nombre d’acteurs, qui visent à changer la manière dont les savoirs sont construits et le contenu de ceux-ci. S’appuyant sur une vision libérale de la démocratie qui a longtemps fait l’objet d’un large consensus, la notion de liberté académique repose la plupart du temps sur une vision relativement neutre des savoirs, qui évacue la nature intrinsèquement politique de ceux-ci et les valeurs qui inspirent leur production.

Cette table-ronde souhaite remettre ces questions au cœur du débat et enrichir ainsi la réflexion sur la liberté académique menée cette année à l’ULB, une institution qui se caractérise notamment par un ensemble de valeurs spécifiques. Elle posera la question de la nature politique des savoirs et s’intéressera à la manière dont divers acteurs réactionnaires tentent aujourd’hui de s’emparer de ceux-ci dans le cadre de la poursuite de divers projets politiques. Elle partira de l’exemple des études de genre pour poser des questions plus fondamentales qui se posent tout autant dans d’autres champs du savoir, telles que les études critiques de la « race » ou les questions religieuses.

25 avril 2023, 10h-17h : An Overview of Solidarity Funds in Belgium, Germany and The Netherlands for Scholars at Risk
An Overview of Solidarity Funds in Belgium, Germany and The Netherlands for Scholars at Risk
Campus du Solbosch, lieu à confirmer
 

The purpose of this project is to increase the awareness of administrative, academic and local authorities about scholars in danger across the world. This project will also inform scholars/supervisors and administrative/academic authorities about current fellowships programs for scholars at risk in Belgium, Germany and the Netherlands. In addition, it will provide a wide comparison related to the fellowship programs among three countries with different activities (the introductions of solidarity funds, statistical analyses, requirements of fellowship programs, and experiences of scholars and supervisors, etc.).

This workshop will consist of three sessions. At the beginning of each session, fellowship programs’ coordinators will inform about each program, their criteria, and some statistical information. At the end of sessions, all requirements (assessment criteria), and annual application and acceptance numbers of each fellowship program will be compared. Considering the benefits and challenges of each fellowship program, useful suggestions, comments and discussions will be also shared with administrative and academic authorities.

Speakers : Anne Weyembergh (Vice-Rector, ULB), Ali Goksu (PostDoc Researcher, Tradital, ULB), Delphine Dieudonne (ULB international office, Solidarity Fund Coordinator), Prof. Dr. Vincent Louis (Supervisor and director, Tradital, ULB), Katja Machacsek (Philipp Schwartz Initiative Program Coordinator), Mehmet Bulut (PostDoc Researcher, Kassel University, Germany), Prof. Dr. Rita Borromeo Ferri (Supervisor, Kassel University, Germany), Musa Idris (PhD student, Maastricht University, The Netherlands), Assoc. Prif. Dr. Veerle Melotte (Supervisor, Maastricht University, The Netherlands).

Motions et communiqués de presse

  • Depuis mars 2022

L’ULB soutient activement la communauté étudiante et scientifique en Ukraine.

  • En 2021

L'ULB a de nouveau exprimé son soutien aux universitaires sanctionnés par la Chine dans le cadre des condamnations de la Chine pour sa politique génocidaire dans la région ouïghoure.

Elle a également apporté son soutien indéfectible à l'association Memorial, qui se donnait pour but de mener un travail minutieux sur les répressions de l’époque stalinienne en Russie, et à l'historien Iouri Dmitriev.

  • En 2020

L’ULB a affirmé son soutien aux universitaires emprisonnés en Iran, et tout particulièrement à la chercheuse Fariba Adelkhah lors de sa condamnation à six ans de prison. Depuis 2020, l’ULB aussi s’est mobilisée autour du scientifique et professeur invité de la VUB Ahmad Reza Djalali, condamné à mort par l’État iranien.

  • En 2018

L’ULB a porté une motion de soutien aux universitaires victimes de la répression politique chinoise en région ouïghoure. Bien que de nombreux états et l’ONU aient depuis reconnu un génocide en cours dans la région, l’ULB reste à ce jour la seule université au monde à avoir publié une telle motion.

  • En 2016 et 2017

L’ULB a affiché son soutien ferme aux universitaires turcs signataires de la pétition pour la paix à quatre reprises : quelques semaines après la diffusion de la pétition, lors de l’inculpation de quatre chercheurs, et lors du procès de ceux-ci fin 2016 et début 2017. Ce soutien continue de s’exprimer depuis ce jour à travers diverses motions début 2019, au printemps 2019 et en 2021.


Des chercheurs de l’ULB ont aussi souhaité créer des espaces de réflexions sur les mécanismes de contraintes et menaces à l’encontre de la production scientifique dans des contextes démocratiques, autoritaires, de guerre ou en période post-conflits, et sur les dispositifs d’accueil des chercheurs en exil. Cette initiative a abouti à un ouvrage en accès libre, publié par les Éditions de l’Université de Bruxelles en 2021, incluant des témoignages et des articles de recherche.